His Girl Friday – La dame du vendredi

D’abord une critique rigolote rencontrée sur IMDB, un type qui peste contre le personnage de Cary Grant en expliquant qu’il aurait dû se retrouver en prison après tous les trucs illégaux auxquels il souscrit dans le film pour parvenir à la gloire du scoop et à celle de retrouver sa belle et sa meilleure employée, son ex-femme, incarnée par Rosalind Russell. Le type continue à râler en expliquant que les Américains adorent ce genre de salauds à cause de leur héritage gréco-européen, et du mythe d’Ulysse, une saleté d’homme qui mentait pour pouvoir survivre et atteindre son but.

Ensuite, oui, ce film a d’emblée tout pour plaire, avec un Cary Grant jeune, frais et déchaîné, une Rosalind Russell énergique, dure et protectrice à la fois, et des répliques typiques de la screwball comedy, entre chamaillerie et reproche cassant. Pourtant, malgré la sanctification du film dans les tops 50 des cinéphiles américains, le film a quelques longueurs que le charme des personnages ne suffit pas à faire oublier. Je n’ai pas été très sensible au scoop qui tient vraiment du McGuffin ici, à savoir que tout le monde s’en moque et se demande simplement comment ce goujat de Walter (Cary Grant) va bien pouvoir se débrouiller pour faire de nouveau perdre la tête à Rosalind Russell. Celle ci est finalement droguée à l’adrénaline du journal, on sent son manque de conviction un peu chagrin lorsqu’elle évoque ce qu’elle souhaite devenir, “un être humain normal”, doté d’une famille et d’enfants dont elle regardera les dents pousser. Son personnage est beau mais sans beaucoup plus de profondeur que ce film, un film agréable mais oubliable sur la presse et ses aspects véreux, et sur le charme des salauds et des égoïstes: “Forget the war in Europe!” s’écrie le héros de ce film de 1940, en réclamant la première page du journal pour un braquage.

Advertisements

About lechatsansqueue

Je suis couchée dans un plaid Bariolé Comme ma vie Et ma vie ne me tient pas plus chaud que ce châle Écossais Et l’Europe tout entière aperçue au coupe-vent d’un express à toute vapeur N’est pas plus riche que ma vie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: