La blogosphère littéraire et la littérature enfantine

Je sais que ce que je vais dire est de moins en moins original, car il est désormais considéré comme tout à fait possible d’apprécier la littérature enfantine en tant que lettré aujourd’hui. Mais pourquoi parler de “romans doudous” en évoquant des livres que l’on peut lire de 10 à 40 ans? On peut tout lire à tout âge, sans pour autant avoir à aborder les livres pour enfants comme des tissus mous aux odeurs vaguement familières et forcément sucrées. Je connais des enfants qui se sont plongés avec perplexité mais aussi une certaine audace dans Guerre et Paix à huit ou neuf ans, personnellement j’ai adoré Desproges très tôt, et je n’ai commencé à apprécier pleinement la littérature jeunesse que pendant mon adolescence et mon jeune âge adulte. C’est une littérature complexe, pleine de nuances, expressive et riche d’images très profondes. Ce qu’on lit enfant vous façonne pour la vie, comme disait Kathleen Kelly dans You’ve Got Mail, et aucun livre ne vous marque comme ceux que vous dévorez pendant cette période. Votre système de valeurs, vos pensées et l’imagerie qui vous sert à visualiser le monde dérivent essentiellement de cet ensemble d’expériences de lectures dévorées, mal aimées ou rejetées. Si on mesure l’amour porté à un livre au degré de destruction du livre en question (ce qui est mon cas), aucune reliure n’est aussi éprouvée que celle du livre jauni à force d’être traîné partout, adoré, ouvert toujours à la même page. En cela peut être et en cela seulement, le livre a quelques points communs avec le doudou, et c’est quelque chose de si intime que l’on n’a pas à l’évoquer en passant sur un site de critiques qui rendrait fade un verre de pur malt. Je ne pourrai plus jamais lire Jane Eyre ou François le Bossu dans une autre édition que celle que j’ai fréquentée enfant, que je connais par coeur et dont les pages sont fatiguées, tordues, tombées dans le bain et ont séché parfois sur la corde à linge. Mais par pitié, abandonnez ce côté profondément vieille fille dont vous jouez sans nuance, blogosphère féminine qui donnerait presque raison aux plumassiers de la pire espèce, qui se moquent de nous parce que nous nous piquons de lire et que nous ne réussissons qu’à nous plonger dans des “livres doudous”, sans enjeux et sans désir autre que de nous conforter dans ce que nous savons déjà. L’imagination à l’oeuvre dans nombre de ces écrits ne se laisse pas épuiser par cette seule lecture.

Quelle est la lecture d’enfance qui vous a le plus marqué?

Advertisements

About lechatsansqueue

Je suis couchée dans un plaid Bariolé Comme ma vie Et ma vie ne me tient pas plus chaud que ce châle Écossais Et l’Europe tout entière aperçue au coupe-vent d’un express à toute vapeur N’est pas plus riche que ma vie

9 comments

  1. Très bien cet article !
    Perso, rien de très original dans mes lectures d’enfance. Je suis venu à la lecture avec Charlie et la Chocolaterie (que mon frère m’a lu) et avec Les Malheurs de Sophie (premier roman que j’ai lu tout seul). Ça me troublait beaucoup – et ça me trouble encore – parce que je trouve que c’est deux oeuvres dont la morale est ambiguë. Je trouvais ça très injuste quand j’étais petit, toutes ces enfants sévèrement punis pour des pas grand chose.

    • Oui ce qui m’a le plus marquée, dans la Comtesse de Ségur que j’ai ressassé toute mon enfance durant, c’est vraiment ce côté cruel et mortifié sans cesse de l’expérience, qui à chaque fois vire au désastre et marque parfois physiquement Sophie qui malgré son prénom n’est qu’une petite fille un peu ignorante et un peu audacieuse. Mais bon, j’ai lu depuis que la comtesse née Rostopchine avait été persécutée pour son catholicisme et que du coup elle s’est réfugiée dedans complètement, d’où cet esprit très spécial!

  2. 🙂 Pour ma part, j’ai d’abord écumé la bibliothèque rose et verte avec le Clan des septs, Fantomette et mon préféré, le Club des Cinq (dont je parle ici: http://essaipat.wordpress.com/2012/06/13/le-club-des-cinq-bibliotheque-rose/), puis tous les Comtesse de Ségur et à 14 ou 15 ans, j’avais lu tout Sartre, Maupassant, Camus, Mauriac, Gide, Romain Gary et son alter ego Emile Ajar, j’en passe et des meilleurs. Mais il reste bien des auteurs classiques que je n’ai jamais lu, allez donc savoir pourquoi (Verne, entre autres). La lecture, quand on aime 😉 Ceci dit, après trois décennies de polars, d’essais et de romans contemporains, je ne pourrais plus revenir à une écriture plus classique (longuette, descriptive et rébarbative).

    • Je ne suis pas d’accord avec l’idée que l’écriture classique est ennuyeuse. C’est une écriture pleine d’enseignements, irriguée des restes d’une époque et ça compte beaucoup pour moi. C’est souvent beau même si c’est orné. Mais pour le reste, pourquoi pas? J’ai plus de mal avec l’écriture contemporaine, souvent très nue et sans apprêts, mais peut être que comme le vin c’est un goût qui me viendra en grandissant et en me raffinant.

      • Ha, mais j’ai BEAUCOUP aimé à l’époque. C’est juste que en ce moment, justement nu et sans apprêt, c’est plus vite au fait et je préfère. Maintenant. J’ai pas dit que c’était nul, pardon du malentendu. Je voulais dire que maintenant, j’ai plus envie de ça parce que … blablabla. 🙂 Mais j’incite mes enfants, of course! à lire leurs classiques. Sans les y obliger. Je suis certaine que je n’aurais pas la culture (modeste, hein) que j’ai sans le passage aux classiques. Et j’adhère complètement à ce que tu dis à propos des “livres nuls”. C’est parfois, là, qu’on trouve le truc qui ouvre dans la tête de nouvelles pistes de réflexion. Etrange, hein?

  3. Bon article 🙂 !
    Moi je considère que le premier vrai roman qui m’a marqué était Le Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie, que j’ai lu en cachette vers 10 ans, j’avais peur de me faire disputer. Après ça j’ai lu tout Agatha Christie et tout Stephen King (de quoi alimenter mes cauchemars) tout en lisant encore la bibliothèque rose et verte, les Harry Potter et autres séries de fantasy (À la Croisée des mondes, Le Seigneur des Anneaux, Narnia etc). Bref, enfance marquée par les policiers, les romans d’horreurs et la fantasy, un mélange de merveilleux et d’atroce, mais le tout rempli d’imagination :). J’ai lu des romans plus classiques au lycée (Stendhal, Flaubert et une tonne d’autres), tout en lisant des livres nuls quand j’avais rien d’autre à me mettre sous la dents (les livres de mamie – les livres de maman). Ces deux derniers mois j’ai lu les quatorze tomes de Game of Thrones, et j’ai hâte de lire encore plein d’autres choses.

    • Je sais pas pourquoi mais je trouve que les “livres nuls”, comme tu as parfois raison de les appeler, sont parfois aussi des choses marquantes – d’ailleurs c’est pour ça qu’on les dit dangereux de temps en temps. J’ai du mal avec la fantasy mais j’ai adoré La croisée des mondes, je repense souvent à Lyra marchant les mâchoires serrées et taisant sa douleur avec stoïcisme, car c’est tout mon envers!

  4. Biche 76

    Les lectures d’enfance se transmettent aussi de génération en génération. Les livres changent de mains et les couvertures finissent en lambeaux. “Les vacances” de la Comtesse de Ségur, “Moineau petite libraire” de Trilby ou la série du Prince Eric piquée à mon frère. Des moments forts de lecture et de bonheur. Tout ça avant d’attaquer “Guerre et paix”. Mais ça tu le savais déjà….

  5. (Grippe prise en mains, hourra)
    Je ne vais rien apporter de neuf ici! J’ai été très marquée par la Comtesse de Ségur, comme un peu tout le monde. C’est une cruauté que je n’ai retrouvée que bien des années plus tard, quand j’ai lu ‘A Rebours’ de Huysmans, avec l’épisode de la tortue…
    Petite, je lisais tout ce que j’avais sous la main, mais on m’en a offert un que j’ai lu et relu jusqu’à destruction : http://www.decitre.fr/livres/sept-baisers-sans-respirer-9782081644366.html
    Roald Dahl avec des ‘Deux Gredins’ et ‘La Potion Magique de Georges Bouillon’, les Contes d’Andersen qu’on m’avait offert après avoir vu ‘La Petite Sirène’ de Disney (aurevoir enfance, c’était court mais bien).
    Ce soir, j’ai envie de te donner ça : http://amealfornoone.com/2007/04/15/virus/
    Comme un avertissement pour les petits enfants trop curieux!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: